Guide Immobilier

Le marché de l’immobilier neuf à Toulouse

Détenant la première position en matière d’investissement locatif et la deuxième place sur le marché immobilier, Toulouse attire les jeunes acquéreurs, les cadres supérieurs et moyens. Face à la baisse des taux d’intérêt et à la mise en vigueur du dispositif Pinel, les ventes de logements ont progressé.

Un marché dominé par les cadres supérieurs et moyens

Au début de l’année 2015, le marché de l’immobilier a repris des couleurs avec autant de vendeurs que d’acquéreurs. Ce redressement est dû notamment à la baisse des taux d’intérêt, bénéfique surtout pour les cadres supérieurs et moyens représentant 70 % du marché immobilier. Cette tendance peut s’expliquer par l’orientation économique de la ville à l’industrie aéronautique et spatiale attirant de nombreux actifs tous les ans. Certains d’entre eux achètent leur logement sans hésitation avant de s’installer dans la ville Rose.

Des achats prudents

Avec des plus-values d’environ 3,2 %, les prix se stabilisent. Toutefois, ce n’est qu’après plus de 10 ans qu’une plus-value immobilière d’environ 59 % est réalisée. Les acquéreurs préfèrent ainsi rester prudents même lorsqu’ils choisissent des quartiers recherchés. Dans l’hypercentre, les chefs d’entreprise et les personnes intervenant dans les professions libérales préfèrent dépenser entre 3600 et 4000 euros par mètre carré. Il en est de même à Colomiers et Balma, deux villes de l’agglomération toulousaine prisée par les familles aisées.

Les jeunes acheteurs quant à eux partent de leur petit apport pour trouver un financement qui servira à acquérir le logement de leur choix. Ils optent généralement pour des biens qui coûtent entre 1 300 et 2 000 euros le mètre carré en fonction des quartiers.

Augmentation du nombre d’investisseurs

En 2015, le nombre d’investisseurs à Toulouse connaît une augmentation. Cela est dû notamment à la mise en vigueur du dispositif Pinel qui facilite l’acquisition des biens immobiliers neufs (voir aussi l’article « Faut-il investir dans le neuf à Toulouse ?« . La demande de location est également plus forte, ce qui garantit un bon retour sur investissement. Les appartements meublés sont généralement les plus recherchés par les professionnels et les étudiants face à leur mobilité.

Baisse des taux d’intérêt et progression des ventes des logements

En matière de développement du marché immobilier neuf, Toulouse est classée deuxième derrière Paris. Les investissements restent rentables malgré les plafonds de loyers établis par la loi Pinel et les prix du neuf n’augmentent pas à la vente.

Selon les statistiques, les taux d’intérêt d’emprunt sont plus bas sur la région toulousaine avec 2,1 % négociés sur 20 ans. Avec cette baisse du taux d’intérêt, les investisseurs sont de plus en plus nombreux sur le marché, car entre fin 2013 et fin 2014, le pouvoir d’achat a progressé de 10 %.

Les ventes de biens immobiliers neufs ont augmenté de 57 % dans la ville de Toulouse entre le trimestre 2013 et le premier trimestre 2014. Le centre-ville très prisé, où le prix du mètre carré varie entre 4000 et 4500 euros, est fortement marqué par cette progression, car les biens s’y vendent et s’y louent facilement. Les villes de l’agglomération toulousaine comme Tournefeuille, Blagnac, Balma ou Colomiers ont également été touchées par cette progression.